7 raisons de faire appel à un écrivain public professionnel

7 raisons de faire appel à un écrivain public professionnel

Réaliser des démarches administratives s’apparente au parcours du combattant pour un bon nombre de personnes. Pour combler le fossé qui ne cesse de se creuser entre l’administration et ses usagers, l’écrivain public professionnel doit faire partie de la chaîne des métiers des structures publiques. Sept raisons de faire appel à lui.

En tant qu’agent territorial ou responsable d’une équipe, vous êtes quotidiennement en lien avec la population. Il vous est certainement arrivé d’avoir à rédiger des courriers ou autres démarches pour une personne, bien que cela ne fasse pas toujours partie de vos prérogatives. Alors, vous avez pensé très fort : « Ah, si j’avais quelqu’un sous la main pour le faire ! »

Il est urgent de créer des postes d’écrivain public

Beaucoup de nos concitoyens n’ont pas la chance de savoir bien écrire le français ou de savoir aller à l’essentiel. Ou bien, il est difficile pour eux de trouver les bons mots ou de savoir à qui s’adresser. Ou encore, l’accès aux démarches en ligne ne leur est pas possible. Mine de rien, le quotidien de ces personnes peut devenir très compliqué. Dans certaines communes, les agents d’accueil ou les agents du service social réalisent des démarches pour eux. Dans d’autres, personne ne le fait et l’usager doit se débrouiller seul. Autant dire qu’il se retrouve face à une montagne.

Aujourd’hui, la fracture sociale passe souvent par la fracture administrative et/ou numérique. Les pouvoirs publics se sont emparés de la question, en reconnaissant que « L’écrivain public a un réel rôle à jouer dans la lutte contre l’illectronisme[1]. » Le constat établi, des mesures concrètes doivent être mises en place au plus vite : créer des postes d’écrivain public, notamment dans les mairies, premier lien avec l’habitant.

Un professionnel, pas un bénévole

Néanmoins, on ne s’invente pas écrivain public. Certains bénévoles sauront répondre aux demandes des usagers de manière sérieuse. D’autres pas. Le risque est grand pour une structure de faire appel à un écrivain public non formé. Il est des écueils qu’il vaut mieux éviter, pour le bien des personnes accompagnées. Les écrivains publics diplômés de la licence professionnelle de la Sorbonne-Paris 3[2] sont une garantie de qualité. En outre, il est important que leurs compétences soient encadrées par une charte garantissant des prestations sérieuses aux usagers et aux institutionnels.

1. L’écrivain public professionnel est un spécialiste de l’écrit. Il garantit des prestations de qualité : rédaction explicite, vocabulaire adapté, règles de syntaxe et d’orthographe adaptées, mise en forme claire et conforme aux demandes.

2. Il connaît les environnements juridiques et sociaux, les partenaires. Il sait orienter l’usager lorsqu’il atteint la limite de son intervention.

3. Il maîtrise les usages et codes administratifs, et sait gérer la diversité et la complexité des demandes.

4. Le savoir-être et les qualités humaines de l’écrivain public professionnel lui font adopter la bonne posture : écoute, empathie – en sachant garder le recul nécessaire –, polyvalence, qualités pédagogiques.

5. Son statut professionnel assure une légitimité vis-à-vis des personnes accompagnées et des autres professionnels de la structure.

6. Efficace, il sait répondre aux demandes en 45 voire 30 minutes, ce qui permet à la structure de répondre à de nombreuses demandes en une permanence d’une demi-journée.

7. Ce statut est la garantie d’une présence constante et régulière, toute l’année.

Dans ce même Livre blanc, on apprend qu’environ un tiers des Français a déjà renoncé à faire quelque chose parce qu’il fallait utiliser internet.  En parallèle, il est donc indispensable de former au numérique tous les publics, séniors compris. Une compétence que l’écrivain public est tout à fait à même de proposer.

[1] Livre blanc « Contre l’illectronisme » publié en juin 2019 par le Syndicat de la presse Sociale.

[2] Deux diplômes d’écrivain public existent en France : la licence professionnelle « Conseil en écriture professionnelle et privée – Écrivain public » de l’Université Sorbonne-Paris 3 et la licence professionnelle « Intervention sociale écrivain public conseil en écriture » de l’Université de Toulon.

Partagez
Nullam sed sit quis felis fringilla mi, Praesent massa vulputate, nunc